fbpx

Hyperoestrogénie : le déséquilibre hormonal à la source de nombreux maux

Sommaire

Règles abondantes, douloureuses, seins gonflés, prise de poids, irritabilité…. et si je te disais que toutes ces problématiques peuvent avoir comme cause sous-jacente un déséquilibre hormonal ?

Au coeur de cet équilibre, deux hormones : oestrogènes et progestérone

Il est important ici de planter le décor : le cycle menstruel repose sur l’équilibre entre tes oestrogènes et ta progestérone.

Tes oestrogènes sont sécrétés dans tes ovaires par les follicules en maturation mais également dans une moindre mesure dans ton tissu adipeux. On parle des oestrogènes car il existe plusieurs types d’oestrogènes : ici c’est principalement l’oestradiol. Au niveau de notre cycle, les oestrogènes créent les conditions pour qu’une ovulation et une fécondation aient lieu : ils épaississent l’endomètre, boostent la sécrétion de glaire cervicale… Ils ont également de nombreux rôles pour notre corps de femme : ils nous donnent nos formes harmonieuses, participent à l’élasticité de notre peau, à l’hydratation de nos muqueuses… Les oestrogènes protègent aussi notre système cardio-vasculaire, nos os et participent au bon fonctionnement de notre cerveau…

La progestérone quant à elle est produite par le corps jaune, qui n’est autre que le folllicule qui a gagné la course à la maturation et qui a libéré l’ovocyte dans les trompes. La progestérone est là pour assurer la bonne implantation de l’embryon s’il y a fécondation. C’est une hormone qui nous pousse à ralentir, à nous décontracter (elle est myo-relaxante). Elle a également un impact sur nos cheveux, notre peau et nous fait bénéficier de son effet anxiolytique et sédatif (calmant).

Oestrogènes et progestérone sont des hormones amies de ton corps mais pour être bienfaitrices, elles ont besoin de se contrebalancer. Un déséquilibre entre elles peut être la source de multiples maux et le plus souvent pendant la vie menstruée c’est l’hyperoestrogénie qui va se présenter, c’est-à-dire trop d’oestrogènes par rapport à la progestérone.

Les multiples visages de l’hyperoestrogénie

Quelles sont les problématiques que l’on peut rattacher à cette hyperoestrogénie, c’est-à-dire trop d’oestrogène par rapport à la progestérone ?

  • Règles abondantes, hémorragiques
  • Règles douloureuses
  • Seins tendus, gonflés, douloureux
  • Rétention d’eau
  • Prise de poids inexpliquée
  • Fibromes utérins
  • Maux de tête, migraines
  • Fatigue
  • Baisse de libido
  • Fringales de sucre
  • Irritabilité, colère
  • Troubles circulatoires
  • Troubles digestifs
  • Troubles cutanées avec notamment de l’acné
  • Troubles du sommeil

Et cette liste n’est pas exhaustive !

Hyperoestrogénie vraie ou relative ?

Maintenant que tu as compris que de nombreuses problématiques sont à relier à ce déséquilibre, il est intéressant de marquer une petite différence : comme dans tout déséquilibre, chaque côté de la balance peut être en cause.

Au niveau de l’hyperoestrogénie, on peut en rencontrer 2 types :

  • De l’hyperoestrogénie vraie : tu as vraiment trop d’oestrogènes et ton niveau de progestérone est normal
  • De l’hyperoestrogénie relative : ton taux d’oestrogènes est normal mais c’est ta progestérone qui est trop basse (situation que l’on rencontre principalement en préménopause mais qui peut apparaître tout au long de ta vie menstruée). Dans ce cas, c’est souvent l’ovulation qui est en cause avec soit une anovulation (et donc pas de progestérone), soit une ovulation de moindre qualité qui ne va pas permettre une bonne sécrétion de progestérone. Mais d’autres facteurs peuvent également entrer en jeu.

Dans un cas comme dans l’autre, un déséquilibre se crée, source des manifestations.

Pourquoi a-t-on trop d’oestrogènes ou pas assez de progestérone ?

Ce déséquilibre est multifactoriel et pour travailler dessus, il sera important de modifier de manière globale ton hygiène de vie :

  • Alimentation :

C’est une base fondamentale de ton équilibre hormonal. On recherchera une alimentation équilibrée, non carencée pour soutenir ton ovulation (notamment avec de bons apports en vitamines B, C, D ou encore en iode et en oméga 3), mais également régulatrice de ta glycémie (l’insuline sécrétée en cas de pics répétés de glycémie peut booster ta sécrétion d’oestrogènes par tes ovaires) et favorisant un bon fonctionnement de ton foie et de ta flore.

  • Perturbateurs endocriniens :

Exposition aux perturbateurs endocriniens au travers de la nourriture mais aussi de l’eau, des produits cosmétiques, de nettoyage…Ces substances sont souvent des xéno-oestrogènes qui se font passer pour nos oestrogènes naturels et il est important de les limiter au maximum.

  • Stress chronique :

La sécrétion de cortisol induite par cela impacte à la fois à la hausse tes oestrogènes mais va également induire une baisse de ta progestérone. Je te conseille fortement la lecture de l’article Le Stress : grand perturbateur du cycle menstruel pour comprendre l’importance d’apprendre à mieux gérer ton stress et à accompagner ton corps.

  • Sommeil :

Un mauvais sommeil impactera également le bon fonctionnement de la détox hormonale et te poussera souvent à avoir des comportements notamment alimentaires favorisant le déséquilibre.

  • Manque d’exercice physique
  • Prise de certains médicaments (comme la pilule)
  • Flore intestinale déséquilibrée :

Une flore intestinale déséquilibrée, qui va mal évacuer les déchets d’oestrogènes et peut au contraire les réintégrer dans le cycle entéro-hépatique, venant ainsi gonfler encore plus le niveau d’oestrogènes

  • Foie fatiguée :

Un foie surchargé, qui n’arrive plus à faire son travail de détox hormonale ou qui n’a pas les bons outils.

Sortir de ce déséquilibre demande un travail global et surtout un peu de temps : n’oublie pas qu’un équilibre hormonal se travaille au minimum sur 3 mois. Parallèlement tu pourras bien entendu te faire aider par des alliés naturo (plantes, compléments alimentaires, etc.) qui pourront soit soutenir la bonne évacuation des oestrogènes soit favoriser une bonne sécrétion de la progestérone (notamment au travers des plantes progestérone-like). Promis, le jeu en vaut la chandelle et les premiers effets peuvent se faire très vite sentir !

Le programme Kiffe ton Syndrome Prémenstruel est un accompagnement pas à pas pour retrouver cet équilibre oestrogènes-progestérone. Si tu es arrivée jusque là, c’est peut-être que tu voudrais sortir d’une situation inconfortable. Peut-être est-il temps pour toi d’être accompagnée pour retrouver l’équilibre.

Pour aller plus loin

6 réflexions au sujet de “Hyperoestrogénie : le déséquilibre hormonal à la source de nombreux maux”

  1. Merci pour cet article, je comprends enfin le mécanisme des hormones quand on parle de déséquilibre dû au stress ou à l’alimentation ! J’imagine que la prise de la pilule contraceptive pendant des années peut aussi affecter cet équilibre sur le long terme. Y a-t-il des habitudes d’hygiène de vie en particulier que vous préconisez pour aider le cycle à revenir “à la normale” ?

    Répondre
    • oui la pilule joue son rôle en effet ! Difficile de décrire les habitudes d’hygiène de vie car elles sont nombreuses et doivent concerner ton alimentation mais aussi ta gestion émotionnelle, un bon sommeil, une bonne activité physique, du soutien de ta flore intestinale, de ton foie … Bref le sujet est très vaste ! tu trouveras des informations dans l’article Comment soigner son SPM ? cela devrait déjà t’aiguiller !

      Répondre
  2. Bonjour Sophie-Laure,
    Merci pour cet article !
    Lors d’un dosage salivaire oestradiol et progestérone à J+7 après l’ovulation, quels sont les taux de santé (et non des labos) pour ces deux hormones svp ?
    Et quel devrait être le ratio progestérone/oestradiol ?
    Par avance, merci beaucoup, ces infos sont très difficiles à trouver…
    Bien à vous,
    Emilie Chaix, Naturopathe et Sophrologue

    Répondre
    • bonjour, je ne suis malheureusement pas formée pour répondre à cette question. A j+7 après ovulation, c’est généralement le taux de progestérone qui est mesuré. les autres dosages se font plus entre J3 et J5 mais concernant les taux, seuls les labos peuvent répondre

      Répondre

Laisser un commentaire