fbpx
déprime avant les règles

Coup de déprime avant les règles ? Nos conseils pour t’aider (et sauver ton couple)

Sommaire

Le coup de déprime avant les règles est un symptôme connu du SPM, mais il n’est pas une fatalité. Peut-être que tu en souffres ? Chaque mois, avant l’arrivée de tes règles, tu te sens triste, déprimée, anxieuse. Tu n’arrives pas vraiment à mettre le doigt sur ce qui ne va pas. Mais tu sens bien qu’il se passe quelque chose dans ton corps. Ton humeur change, ton quotidien semble s’assombrir. Peut-être même que les relations avec tes proches ou dans ton couple en prennent un coup ? Et si je te disais que les hormones sont souvent les responsables ?

Différencier la déprime prémenstruelle de la dépression

Les symptômes du syndrome prémenstruel (SPM) sont trop souvent banalisés, voire minimisés.

Qui n’a jamais entendu « c’est dans ta tête tout ça », « elle ne se plaint pas, elle » ou encore « c’est quand même pas ça qui va t’empêcher de travailler » ? Au secours…

Évidemment, tes symptômes ne sont pas à prendre à la légère. Ce n’est jamais « juste dans ta tête ». Si tu en souffres, c’est réel et tu as le droit d’être entendue et écoutée.

Dans les cas de SPM les plus graves, on parle de TDPM : troubles dysphoriques prémenstruels. L’anxiété et la déprime sont si fortes que l’idée de sortir du lit pour démarrer sa journée est presque trop pénible. Les idées noires fusent et la tristesse prend le dessus.

Je te l’accorde, ce n’est pas très gai. Mais c’est une réalité. Et si c’est la tienne (ou celle d’une personne proche), elle mérite d’être écoutée et accueillie.

Pour réussir à différencier la déprime prémenstruelle de la dépression, un facteur clé est à observer : la durée du symptôme.

Si ton état d’anxiété s’en va avec l’arrivée de tes menstruations (le 1er ou 2e jour), alors c’est très certainement le SPM qui parle. En revanche, si cela dure dans le temps et ne s’estompe jamais réellement, je t’invite à prendre un rendez-vous médical avec une personne de confiance pour poser un diagnostic.

Le SPM est aussi souvent accompagné d’autres symptômes.

La déprime avant les règles : l’un des nombreux symptômes du SPM

Le syndrome prémenstruel regroupe à lui seul plus de 150 symptômes – selon les femmes et/ou selon les cycles. Oui ! C’est énorme.

Parmi les plus courants, on peut citer :

  • maux de tête ;
  • irritabilité ;
  • troubles de l’humeur ;
  • bouffées de chaleur ;
  • baisse de la libido ;
  • hausse de l’appétit ;
  • acné ;
  • ballonnements ;
  • dysménorrhée primaire (douleurs) dans le bas-ventre ;
  • trouble du sommeil ;
  • tensions dans les seins ;
  • fatigue (parfois extrême) ;
  • tristesse ;
  • anxiété ;
  • prise de poids temporaire ;
  • rétention d’eau ;
  • hypersensibilité ;
  • etc.

Mais pourquoi tous ces symptômes ? Et comment expliquer la déprime avant les règles ?

Tu le sais peut-être, le cycle menstruel suit un rythme de 4 phases. Tout au long du cycle, ton corps vit des fluctuations hormonales qui permettent son bon fonctionnement.

Pour te la faire courte : on observe d’abord un taux élevé d’œstrogènes pendant la phase préovulatoire et l’ovulation. C’est à ce moment-là que les follicules s’activent, grossissent et finissent par élire l’ovule gagnant qui démarrera son voyage dans la trompe de Fallope pour, peut-être, rencontrer un spermatozoïde.

Puis les œstrogènes chutent et la progestérone arrive sur le devant de la scène. C’est la phase prémenstruelle (la fameuse…). La nidation se prépare, l’endomètre (paroi utérine) s’épaissit pour accueillir un éventuel embryon.

Si la fécondation n’a pas eu lieu, alors c’est la chute hormonale ! L’endomètre se décompose, c’est le début des règles (saignements, fatigue, etc.).

Bref, c’est un sacré ballet hormonal. Pas étonnant que tu te sentes chamboulée. Seulement voilà, parfois, tu n’es pas la seule impactée par ces changements hormonaux.

L’impact des variations d’humeur pour l’entourage et le couple

Ton entourage et ton couple peuvent aussi souffrir des troubles du cycle menstruel.

Pourquoi ? Souvent par manque de connaissances et de communication. Tu remarqueras peut-être que tu as plus tendance à te disputer en période prémenstruelle.

Tu es dans le tube de la vague.

Tout est un peu plus sombre que d’habitude, ça chahute. Tu remarques encore plus ce qui ne te convient pas (genre les chaussettes qui traînent et qui te rendent folle). Tu as tendance à vouloir tout changer, tout balayer du revers de la main. Mais ce n’est pas le moment de passer à l’action.

Ta patience est mise à rude épreuve et, bien souvent, tu n’as aucune envie de faire des compromis (ça, c’est plutôt réservé à la phase préovulatoire, quand tu te remets debout sur ta planche et que tu te sens Superwoman).

Là où ça coince, c’est quand la communication bloque avec ton entourage. Mais rassure-toi, il existe des solutions pour soulager les symptômes émotionnels liés au cycle.

Quelles solutions pour les sautes d’humeur prémenstruelles ?

  • D’abord, la connaissance.

Si tu comprends ce qu’il se passe dans ton corps, tu peux accueillir ces changements (dont la déprime avant les règles) et arrêter de lutter contre. Le stress menstruel est l’une des premières causes du SPM.

La symptomatologie des troubles menstruels varie beaucoup d’une personne à une autre. Je t’invite alors à prendre des notes quotidiennes de ce que tu remarques chez toi. Tu peux t’offrir un petit carnet spécial cycle menstruel. Chaque soir, écris ce que tu as observé : l’état de ta peau, ta libido, ton appétit, tes éventuelles douleurs ou fluctuations émotionnelles, etc.

Cela te permettra de savoir où tu en es dans ton cycle, de comprendre ce que tu vis et de faire preuve de bienveillance envers toi quand tu entres dans le tube de la vague.

  • Échanger et communiquer sur tes ressentis avec tes proches est un excellent moyen de calmer les tensions.

Si ton entourage sait ce qu’il se passe pour toi, comprend ce que tu vis, alors les relations peuvent s’apaiser. Tes proches ne voient plus une tornade soudaine et insondable, mais une personne en SPM qui a besoin de soutien.

Des approches naturelles peuvent aussi t’apporter un soulagement contre ces sautes d’humeur, telles que :

  • exercices de relaxation ;
  • séances d’acupuncture ;
  • activité physique régulière (elle aide aussi à calmer le système nerveux) ;
  • etc.

Les remèdes médicamenteux (comme l’Ibuprofène ou un contraceptif hormonal) ne sont pas une solution durable. Ils ne feront que masquer le(s) symptôme(s).

En finir avec le SPM

Quoi qu’il en soit, le SPM n’est pas une fatalité. Tu n’es pas censée souffrir pendant ton cycle menstruel. Si c’est le cas, c’est le signe que ton cycle est déréglé quelque part. Il essaye de te dire quelque chose.

Je t’invite à lire notre article Comment soigner le syndrome prémenstruel (SPM) pour en savoir plus.

Et si tu en ressens le besoin, tu peux aussi découvrir notre programme : « Kiffe ton Syndrome Prémenstruel » – 3 mois pour apaiser durablement les douleurs et les symptômes anormaux de la période prémenstruelle en rééquilibrant ton système hormonal.

Ressources supplémentaires :

Tags :

Pour aller plus loin

2 réflexions au sujet de “Coup de déprime avant les règles ? Nos conseils pour t’aider (et sauver ton couple)”

  1. Bonjour est ce possible mais ses pas trop dans mon habitude d’avoir deprime depression 7 jours avant kes regle je sais pas si c est ca? s je souffre d’une maladie chronique qui mentraine douleurs fatigue de base et oui ke covid long jai 37ans

    Répondre

Laisser un commentaire