fbpx
mycose vaginale récidivante

Comment régler une mycose vaginale récidivante ?

Sommaire

Ça y est, encore, elle est revenue ! Tu as à nouveau une mycose vaginale et tous les symptômes qui vont avec. Après avoir fait constater le diagnostic par un médecin et appliqué ton traitement, il est important de s’attaquer au fond du problème : pourquoi cette mycose vaginale revient sans cesse ?

Découvre dans cet article ce qu’il faut faire pour éviter les récidives.

Quelles sont les raisons de l’apparition d’un mycose vaginale ?

Les causes principales de la mycose vaginale sont le déséquilibre de ta flore vaginale et un terrain favorable. Comment en arrive-t-on là ?

Il existe un certain nombre de facteurs de risque qui vont impacter ta flore vaginale, ton système immunitaire et amener à un terrain favorable pour la candidose, d’où  les récidives !

  • Une hygiène intime trop rude : savon trop agressif, bains moussants trop fréquents, douches vaginales vont perturber  le pH de ton vagin.
  • La prise de médicaments (comme par exemple les antibiotiques, les corticoïdes…) mais aussi la pilule.
  • La grossesse peut être une période de récidive car le système immunitaire de la future maman est impacté.
  • Une zone sous macération : le port de sous-vêtements synthétiques entraîne un effet de serre qui favorise le développement du Candida Albicans. De même pour les vêtements trop serrés.
  • De trop nombreux passages en piscine.
  • Des rapports sexuels trop fréquents, ne tenant pas compte d’une possible sécheresse vaginale et qui vont pouvoir créer des micro lésions dans le vagin.
  • Un régime alimentaire déséquilibré, riche en sucres et à tendance acidifiante : le Candida se nourrit de sucre ! Mais aussi l’alcool et le tabac. Et il adore l’acidité.
  • Le stress et le manque de sommeil vont également amener des terrains propices au déséquilibre.
  • Un déséquilibre hormonal, notamment hyper-œstrogénie.
  • La période du cycle : généralement les femmes vont plus se plaindre de récidives dans la seconde partie du cycle, règne de la progestérone qui va impacter l’immunité mais aussi réduire légèrement le pH du vagin.
  • Certaines maladies comme le diabète mais aussi des prédispositions génétiques peuvent influencer ce fragile équilibre.

Pour tâcher de se sortir de la spirale infernale des mycoses vaginales, il va donc falloir modifier certaines habitudes de vie pour agir sur ton terrain et faire en sorte que ta flore (vaginale et intestinale) soit équilibrée.

Conseils pratiques pour éviter les récidives de mycoses vaginales

Il existe de nombreuses possibilités d’action pour éviter que la situation ne recommence, certaines faciles d’application, d’autres plus compliquées car demandant des efforts d’adaptation. Fais ton choix dans les conseils en écoutant ta motivation. Rien ne t’empêche de mettre en pratique certaines idées faciles et d’en introduire d’autres en fonction de l’évolution de la situation.

  • Adapte ton hygiène intime pour respecter au mieux ta flore vaginale :
    • Oublie les savons parfumés, les douches vaginales internes. Si vraiment tu souhaites utiliser un produit pour te laver, choisis un produit d’hygiène respectueux du pH acide de ton vagin (par exemple Saforelle en pharmacie )
    • Une excellente manière de te laver tout en respectant ta flore est de le faire à main nue (pas de gants ni de fleurs de douche) et à l’eau tiède, toujours d’avant en arrière pour éviter de ramener des germes de l’anus vers la vulve. Sèche toi ensuite délicatement. La non utilisation d’un produit de lavage est souvent le meilleur moyen de laisser ta flore vaginale tranquille. Et ne sois pas inquiète de possibles odeurs suspectes : ton vagin ne sent pas mauvais !
  • Si tu vas à la piscine, ne garde pas ton maillot mouillé après la nage et rince-toi rapidement à l’eau claire.
  • Evite si possible les vêtements trop serrés et choisis tes sous-vêtements en coton: cela permet une bonne aération de la zone.
  • Un point important concernant les protections hygiéniques. Il peut être intéressant de passer à des protections hygiéniques en tissu lavable pour limiter l’irritation et le risque de perturbation de la flore. Si tu dois utiliser des protections jetables, assure-toi d’en changer très régulièrement pour éviter la macération. Enfin, évite de porter tout au long de ton cycle des protège-slips (même en coton) : laisser respirer ta vulve !
  • Si tu sens que lors du rapport sexuel, cela « râpe » un peu (cela manque de lubrification), pense à utiliser un lubrifiant intime pour éviter les micro lésions et autres irritations.

L’alimentation : l’incontournable pour lutter contre les mycoses

C’est dans l’alimentation que le Candida va trouver la force de se développer. Et ce qu’il préfère, c’est le sucre et un terrain acide ! L’idée va donc être de limiter voire d’arrêter ce que le Candida adore et de favoriser ce qu’il déteste. Attention, un changement alimentaire n’est pas une chose facile à faire, mieux vaut parfois se faire accompagner par un naturopathe qui saura te guider progressivement ! L’idée est ici de tenir ce régime pendant au minimum 3 mois.

A réduire au maximum :

  • les sucres rapides (sodas, sucres industriels, gâteaux en tout genre… mais aussi les jus de fruits industriels) et les produits ultra transformés qui contiennent plein de sucre caché. Mais également le sucre sous forme brute, le miel, le sirop d’érable…
  • Certains fruits sont extrêmement sucrés et devront donc être évités : melon, raisin, pastèque…
  • Les produits riches en levure et moisissures comme le pain, les viennoiseries mais aussi certains fromages, les bières. Evite de manger des produits qui ont trop longtemps traîné dans ton frigo.

A limiter :

  • Les glucides comme les produits céréaliers. Choisir de préférence des produits sans gluten pour limiter l’inflammation (quinoa, sarrasin, millet…) et partir sur des céréales complètes pour viser une alimentation Indice Glycémique Bas.
  • Les produits laitiers car ils contiennent du lactose, ainsi que les fromages.
  • Les fruits pendant cette période seront à consommer modérément. Si tu manges de la viande, choisis-la d’origine biologique pour éviter les antibiotiques qu’elle peut contenir

A privilégier :

  • Les légumes pour leur apport en fibres et en vitamines. Ils vont venir nourrir les bonnes bactéries de ton microbiote intestinal, l’aidant ainsi à lutter contre l’invasion. Pense également aux choux qui sont des aliments anti-Candida, tout comme l’oignons, les navets… Consommer des légumes va te permettre d’avoir des apports suffisants en vitamines A et C pour booster ton immunité.
  • Les légumineuses
  • Certains aliments vont nous aider dans notre lutte contre le Candida Albicans :
    • L’huile de coco, appelée également acide caprylique, sera consommée avec modération pour ses propriétés anfi-fongique et anti-bactérienne (1 cuillère à soupe par jour)
    • L’ail est un super allié contre le Candida Albicans dont il va attaquer le bio-film : 1 à 2 gousses d’ail de préférence crues par jour
    • Certains aliments peuvent être introduits assez facilement dans l’alimentation et sont détesté par le Candida Albicans: curcuma, gingembre, clou de girofle, origan, sarriette…

Cette alimentation va de plus permettre un meilleur équilibre acide-base, nécessaire dans un programme de prévention des récidives. Un terrain acide est très favorable au développement du Candida. On veillera donc à avoir une alimentation plutôt alcalinisante (les fruits et les légumes le sont dans leur grande majorité) en limitant les produits acidifiants (sucre, produits animaux…)

Revois ton hygiène de vie !

Comme on a pu le voir, de nombreux facteurs impactent le développement d’une mycose vaginale. Pour lutter contre les récidives, il faut donc travailler dessus et tâcher de les gérer au mieux :

  • Le stress va favoriser le développement du Candida Albicans en ayant une influence sur ta flore bactérienne et sur ton système immunitaire. Il est donc important de travailler dessus pour mieux le gérer. Magnésium, Fleurs de Bach, bourgeon de Figuier, plantes adaptogènes comme la Rhodiola, huiles essentielles comme la Lavande Vraie et ou le Petit Grain Bigarade peuvent être d’une grande aide, toujours en respectant les précautions d’usage.  On pourra également utiliser des techniques comme la sophrologie, la cohérence cardiaque …
  • Le manque de sommeil ou un sommeil de mauvaise qualité vont créer un terrain favorable à un déséquilibre de la flore. Il existe de nombreux conseils pour retrouver le sommeil (activité en fin de journée, exposition à la lumière naturelle, limiter les écrans …) et de nombreux alliés en naturopathie : plantes (Valériane, Passiflore …), huiles essentielles (Lavande Vraie, Marjolaines à Coquilles …), bourgeons de Tilleul ou encore Fleur de Bach…
  • Stress et sommeil vont également avoir un impact sur ton équilibre hormonal, tout comme ton alimentation ou encore ton exposition à des perturbateurs endocriniens. Sachant qu’un déséquilibre hormonal peut être un terrain favorable à une mycose, on comprend bien ici qu’il est nécessaire d’agir sur tous les tableaux ! Des plantes pourront être utilisées pour rééquilibrer les hormones, comme l’Alchémille ou le Framboisier.
  • Pratique une activité physique adaptée et régulière. Elle va te permettre d’éliminer les toxines par la transpiration et va booster ton immunité. Si tu n’es pas sportive, une marche rapide d’une demi-heure est une bonne entrée en matière ! Pratiquée à l’extérieur, elle te permet de t’exposer au soleil, ce qui est primordial pour ton apport en vitamine D (toujours pour l’immunité).

Utilise des traitements naturels pour lutter contre la candidose

  • Les probiotiques sont des compléments alimentaires qui renferment des milliards de bactéries qui vont venir soutenir ta flore vaginale dans sa lutte contre l’envahisseur. Encore faut-il bien choisir les souches et le mode d’utilisation.
    Il est également important de comprendre que ta flore intestinale doit elle-aussi être équilibrée : une flore intestinale envahie par le Candida va pouvoir servir de réservoir et contaminer d’autres endroits du corps, comme la bouche, la peau … et le vagin !

    • Les probiotiques sous forme vaginale peuvent être pris pendant la crise en même temps que le traitement allopathique, mais aussi en prévention des récidives. On pourra ainsi parler de Gynophilus ou de Médigyne de Saforelle. Les ovules s’introduisent dans le vagin le soir au coucher, afin qu’ils se dissolvent. Si tu as du mal à l’introduire, n’hésite pas à appliquer un peu de gel lubrifiant tout autour pour une meilleure insertion. Il ne faut pas hésiter à partir sur un ou deux mois de cure !
    • Les probiotiques à prendre par voie orale peuvent agir selon les souches sur la flore intestinale mais aussi sur la flore vaginale. On pourra ainsi citer Theoliance Intima 10 de chez Therascience ou encore Ergyphilus Intima de Nutergia.
    • Attention : si jamais tu dois prendre des médicaments comme des antibiotiques, n’oublie pas de prendre un probiotique par voie orale pendant le traitement, à 4 heures d’intervalle de la prise du médicament, pendant toute la durée du traitement et 3 semaines après.
  • Certaines plantes pourront être utilisées pour booster ton immunité comme l’Echinacée, en extrait sec par exemple Phytostandard d’Echinacée de Pileje (1 à 2 gélules par jour). D’autres seront utilisées comme anti-fongique comme l’Alchémille (qui va en plus agir sur l’équilibre du cycle) ou encore la Réglisse (anti-mycosique) que l’on pourra prendre en Quantis chez LPEV. On pourra également citer l’Extrait de Pépins de Pamplemousse, antibiotique naturel qui peut aider à désinfecter la sphère intestinale. La Chlorophylle a également montré des effets anti-Candida, avec un impact non négligeable sur l’équilibre de la flore intestinale.
    Des huiles essentielles comme l’huile essentielle d’origan compact pourront être utilisées en interne pour assainir la flore intestinale. On pourra également se tourner vers des ovules d’huiles essentielles préparés en pharmacie, à insérer dans le vagin.
    Il est cependant préférable de s’adresser à un spécialiste qui saura choisir au mieux les plantes et les huiles essentielles qui te correspondent, toujours dans le respect des contre-indications.
  • Il pourra également être intéressant de soutenir tes émonctoires (les portes de sortie de ton corps) en cette période car le traitement de la candidose va entrainer une libération importante de toxines dans ton corps. Le foie sera ainsi mis à rude épreuve et pourra être soutenu par l’application d’une bouillote chaude (mais pas trop, pars sur la température de ton bain) le soir sur la zone du foie (en bas à droite des côtes, 30 minutes) ou encore par des plantes (Romarin, Desmodium…).
  • Les produits de la ruche sont également des alliés de choix dans la lutte contre la candidose. La Propolis est ainsi un puissant anti-fongique, à prendre sous forme pure de préférence en respectant la posologie, le matin pendant 2 à 3 semaines. La Gelée Royale stimule l’immunité : on commencera par des doses inférieures pour augmenter progressivement (jusqu’à 1 gramme par jour, pendant un mois).

Comment soulager une mycose vaginale déclarée ?

Quand la mycose vaginale est là, on comprend donc qu’une visite chez le médecin pour valider la candidose s’impose, assortie d’un traitement.

Ce traitement peut être accompagné par certaines astuces naturo qui vont t’aider à traverser plus facilement cette période :

  • Des bains de siège froids pendant 15 minutes vont permettre de limiter les démangeaisons. Attention à bien couvrir le reste du corps pour ne pas avoir froid.
  • Mélange 100ml d’eau froide avec une cuillère à café d’hydrolat de Tea Tree (en magasin bio). Imbibe une compresse de ce mélange et applique-la sur ta vulve.
  • Tu peux également verser une cuillerée à café d’huile de coco vierge première pression à froid sur du coton stérile et tamponner la zone qui démange.
  • Tu pourras également appliquer un peu d’Huile essentielle de Palmarosa (1 goutte d’HE pour 10 gouttes d’huile végétale de coco par exemple) ou encore Tea Tree (1 goutte d’HE pour 10 gouttes d’huile végétale). Il est préférable de se rapprocher d’un spécialiste pour bien utiliser les huiles essentielles. Et attention, ne jamais appliquer d’huiles essentielles pures sur la zone génitale ! Ces deux huiles essentielles sont par contre interdites aux femmes enceintes ou allaitantes.

La mycose chronique n’est donc pas une fatalité mais la lutte sera longue, parfois compliquée et elle demande une approche globale. N’hésite pas à te faire accompagner sur ce chemin !

Voilà, tu as plein de trucs et astuces pour pouvoir tenter d’endiguer ta mycose vaginale. Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive, et si tu as tes propres astuces, n’hésite pas à les partager en commentaires ⬇️⬇️ je serai ravie de te lire !

👉Si tu souhaites approfondir le sujet des mycoses chroniques, le lien entre l’alimenaion et l’quilibre hormonale ou d’autres sujets liés au cycle, découvre notre mini-pack thématique “Comprendre et trouvers des solutions à ses maux

Pour aller plus loin

41 réflexions au sujet de “Comment régler une mycose vaginale récidivante ?”

  1. Hello! Combien goûtes de extrait de pepins de pamplemousse dois-je utiliser pour une mycose vaginale et ça doit être dilué dans l’eau j’imagine?
    Merci

    Répondre
    • Bien espacer de 2h au moins de toute prise de médicaments. 1 goutte pas kilo dilué dans l’eau. (C’est 4x plus que ce qui est indiqué sur les flacons mais c’est très efficace)
      Je vous conseille de vous faire accompagner par un naturopathe qui adaptera les conseils à votre corps et à votre façon de vivre.

      Répondre
  2. Cela fait 1 an et demi que j’ai des mycoses à répétition ( 2 par mois minimum)j’ai commencé un régime acido alcalin il y a 2 semaines, après avoir appliquer les bons conseils (culotte en coton, jamais de jean, pronostique ect..) , j’ai perdu 2 kg (de base que je ne veut pas perdre car je suis mince). C’est très dur pour le morale ma vie quotidienne et ma vie en couple en souffre. Malgré ce régime rien ne se passe. J’en ai + que marre, en écrivant ce commentaire j’en pleure. Je vais prendre rdv chez une naturopathe (étant étudiante c’est aussi compliqué par rapport au budget mais je n’en peux plus) sincèrement je regarde tous les articles qui peuvent sortir tous les matins pour savoir si j’apprends quelque chose de nouveau. J’espère que je vais y remédier… bon courage à toutes celles qui sont dans le même cas que moi

    Répondre
    • Bonjour Ines,
      Courage tu n’es pas seule ! Je suis comme toi, 2 phases de mycoses par mois : juste après les règles et en période d’ovulation, depuis plus de deux ans, mais j’y ai toujours été sujette depuis que je suis réglée. J’ai essayé beaucoup de choses… Je vais me tourner vers une naturopathe et tenter l’hypnose, car j’en viens à me demander si je n’ai pas un traumatisme enfoui qui dérègle mon organisme. On m’a conseillé de supprimer le sucre, je vais voir mais je ne suis pas convaincue.
      J’espère que tu trouveras vite une solution.
      Bon courage à nous !

      Répondre
    • Bonjour Inès,
      Je vie avec des mycoses depuis que je suis avec mon mari, ayant passer 2 ans tranquilles je me suis rendu compte que le ‘’ gros ‘’ stress me dérégler la flore et me donner des mycoses récidivante.. malheureusement rien à faire a par prendre des médicaments pour refaire la flore.. J’ai tout tenté est comme toi j’ai regardais tout les sites ect…. Et je vois que je ne suis pas la seule..
      Un conseil qui m’a beaucoup aider: dormir sans sous vêtement, changement de lessive ( sans parfum ) des serviettes hygiéniques en coton.
      Et je vais essayer de prendre le propolis en gélules beaucoup me conseil.
      Bon courage vraiment !

      Répondre
    • Bonjour Ines,

      Je m’appelle Emmanuelle, j’ai 23 ans, également étudiante et je suis dans la même situation que toi.
      Mycose à répétition depuis 1 an, à raison de 1mycose par mois minimum. C’est juste horrible et je n’en peux plus..
      J’aimerais savoir si tu as pu trouver une solution?

      Répondre
    • Bonjour Inès
      As tu trouver une solution car je suis dans le même cas que toi depuis quasiment 2 ans et j’en ai marrrrrrrre!!!!!

      Répondre
    • Bonjour
      Je conseille vivement de voir un gyneco ou médecin généraliste, si ils ne proposent pas de solutions, en changer.
      Personnellement j ai souffert pendant plusieurs mois de mycose récidivantes difficile à soigner. J ai eu un traitement par voie orale d un antifongique pendant 6 mois qui a permis de diminuer nettement la fréquence et l intensité des mycoses. Aujourd’hui je peux avoir des mycose 2 fois par an en moyenne je pense lié au stress.
      Bon courage et ne désespérez pas il y a sûrement une solution !

      Répondre
    • Je suis dans le même cas et ça dure depuis 3 ans, je vous comprends ces douloureux et de plus on ne trouve pas de solution…. De mon coter ça c’était calmer pendant 6 mois grâce à un traitement oral, crème et ovule. Mais dès que le traitement ce fini ça repart et j’en ai tous les mois je n’en peux plus…
      Avez-vous trouvé une solution ?

      Répondre
    • Bonsoir ,

      Essayer de prendre le Lithothame en poudre (en regardant sur internet “le Lithothame et les les candidoses “ pour désasidifier le corps

      Répondre
  3. Super article! je ne savais pas que l’on pouvait utiliser les produits de la ruche pour soigner une mycose, ça donne envie de tester.
    En tout cas merci pour ton article et belle journée.

    Répondre
  4. Quand je lis que certaines femmes ont des mycoses chroniques avec 4 récidives par ans… ça fait presque rêver de n’en avoir que 4! 😱
    Le lactibiane 10md m’a fait beaucoup de bien, sur le long terme au bout de 1 mois minimum de prise. Les ovules de medigyne aussi sont plutôt efficaces, parfois. Et d’autres fois, rien n’y fait, c’est épuisant, moralement , psychologiquement… je n’en peux plus de cette merde. Je ne sais plus quoi essayer à force.

    Répondre
    • beaucoup de courage à toi !
      lutter contre le candida demande du temps et surtout de l’attaquer sur tous les plans. Le lactibiane et les ovules sont top pour renforcer la flore, mais il faut aussi affamer le candida et le remettre sous cloche.
      et tout cela se fait en travaillant de manière globale (mais bienveillante !) ton mode de vie !

      Répondre
  5. Bonjour à toutes,
    Moi aussi, des années que je lutte contre les mycoses récidivantes mais rien à faire.
    Il faut que je trouve le courage d’adopter un régime alimentaire susceptible de m’aider mais c’est franchement l’annonce de la mort de la vie sociale pour un résultat même pas garanti …
    Il me semble totalement fou qu’aucun diagnostic plus approfondi ne nous soit proposé. On passe toute notre temps avec ovule et crème antifongiques alors qu’on observe bien que ça ne suffit pas (répétition des mêmes traitements dans l’espoir d’un résultat différent, c’est absurde !)
    Je vous souhaite à toutes beaucoup de courage et reste preneuse de solutions magiques si vous en avez !
    Marie

    Répondre
    • Bonjour Marie ! tout d’abord plein de douces ondes car en effet, les mycoses peuvent nous pourrir la vie.
      concernant l’alimentation, il ne faut pas voir cela comme la mort de la vie sociale. Certes il y a un passage où, suivant la chronicité de tes mycoses, il va falloir gérer fortement ton alimentation. Mais l’idée n’est pas non plus de se priver, et surtout ce n’est que temporaire.
      n’oublie pas que l’accompagnement est global, donc oui alimentation, mais aussi gestion hygiène, activité, sommeil, stress… et éventuellement des compléments si la candidose est trop installée pour venir déloger le candida et le remettre sous cloche.
      bon courage à toi !

      Répondre
    • Bonjour à toutes !
      Contente de voir que je ne suis pas la seule.
      Ça fait maintenant plusieurs mois que je traîne une mycose vaginale recidivante (1 à 2 fois par mois).
      J’ai bien évidement mis en place pas mal de choses pour lutter contre cette m**** mais rien y fait.
      Il y a peu près 1 an et demi je me suis fait posé un stérilet en cuivre, lors de mes recherches j’ai vu que le stérilet pouvait augmenter le risque de mycose.
      Je ne sais pas si c’est à cause de ça, mais je voulais en parler, ça peut peut être ouvrir une autre piste pour certaines.
      Bon courage à toutes !

      Répondre
      • Coucou,
        Depuis la pose de mon stérilet au cuivre il y a plus d’un an, je n’ai fait qu’enchaîner les mycoses, infections urinaires etc. Outre les consultations gynécologuiques incessantes et les frais médicaux qui s’y rapportent, cela m’a également foutu en l’air mon moral et je suis à fleur de peau. Un soir à bout de nerf, j’ai retiré mon stérilet moi-même, suite à une énième mycose à candida. Par chance, il me restait une dernière dose de Fluconazole que j’ai prise. Mais j’ai ommis de prendre des compléments pour refaire la flore et me voilà à nouveau avec une mycose. C’est un cercle vicieux sans fin. J’espère vraiment qu’avec un dernier traitement et une flore renforcée cela va s’arrêter. Maintenant que la source du problème (stérilet au cuivre) est supprimée….Parce que oui, avant de le poser je n’avais aucun problème. Et si je n’avais aucun rapport cela se passait bien aussi. Mais après chaque rapport, tout s’enflammait et les mycoses s’enchaînaient. Donc je pense en effet qu’il y a un lien avec le stérilet au cuivre. Et que certaines femmes ne le supportent juste pas. Parfois il faut savoir s’écouter car personne ne connaît mieux notre corps que nous-mêmes.
        Pas évident d’être une femme tous les jours, qu’on se le dise… Courage à vous toutes,

        Répondre
  6. Bonjour Inès,
    idem pour moi, tu n’es pas la seule à vivre cet enfer.
    Un traitement qui a plutôt bien fonctionné pour moi et que je vais reprendre car à l’arrêt ça recommence : OROFLUCO.
    Un cachet à prendre tous les 15 jours environ, prescrit par ton gynéco ou ton médecin traitant.
    C’est un peu contraignant, mais face aux désagréments et à la souffrance que les mycoses vaginales à répétition infligent, ce n’est rien.

    Bon courage

    Répondre
    • Bonjour ! Merci pour ton témoignage Sabrina !
      L’idée justement de l’article est de proposer de mettre en place de modifications de ton mode de vie et éventuellement de faire un traitement naturel pour justement sortir de la chronicité. Si on doit reprendre un traitement parce que à chaque arrêt cela recommence, cela signifie pour moi que la cause première de la récidive n’a pas été travaillée… et que cela risque de recommencer encore et encore ! Ce qui clairement est infernal pour les mycoses !
      J’espère que tu trouveras des pistes dans l’article !
      Bonne journée

      Répondre
  7. Bonjour sa fait maintenant 3 mois que je suis traitée pour mycose .. enfin les gynéco ne trouve pas se que j’ai je n’en peut plus ces invivable je suis traitée qu’avec des antifongiques style monazol qui me gratte je ces plus quoi faire

    Répondre
  8. Bonjour,
    J’ai souffert de mycoses récidivantes durant des années, 10ans environ. Prise de médicaments de plus en plus forts. Pour m’en sortir, limitation des glucides et prise en charge globale en naturo + acupuncture + he de tea tree, probiotiques…
    La médecine conventionnelle n’apporte pas de solution sur le long terme. Il faut revoir les bases.
    Aujourd’hui ça m’arrive ponctuellement si gros stress et trop de glucides.
    Courage à toutes.

    Répondre
  9. je suis sage-femme, les conseils sont supers mais effectivement peut être aller voir votre sage-femme! si en + elle est formée phyto ou homéo, c’est top!!!
    mesdames, mesdemoiselles: monilia albicans 15 ch; 1 unidose homéopathique / semaine pendant 3 mois! comme ça on traite le mal par le mal!
    et personne n’a parlé du traitement du partenaire, souvent non traité, il est la cause de la récidive!!! le ou la partenaire doit être traité même si il est asymptomatique. Il peut être porteur sain!!!!
    pensez y!!!!

    Répondre
  10. Bonjour, je souffert de mycoses durant 18 mois, j’ai suivi les conseils de ma gynécologue et de mon médecin . Sans succès. J’avais même l’impression que les traitements entretenaient les mycoses,
    J’ai commencé à faire des cures de charbon dès les tous premiers symptômes durant 3- 4 jours, à raison de 7g de charbon par jour avec des applications de d’argile pour me soulager. Au bout de 4 cycles les mycoses ont disparu.
    Bon courage Lilia

    Répondre
  11. J’ai également connu cette période de mycoses à répétition au point d’en pleurer et de ne plus pouvoir avoir de rapports. Bizarrement, c’est le fait de prendre une pilule progestative, grace à une endocrinologue qui m’a sorti de cet enfer, qui m’a sauvé. En lisant cet article, je me dis que mes mycoses étaient sûrement dûes à une hyper-oestrogénie comme mentionné. Les probiotiques aident bien en complément aussi.
    De tout coeur avec celles qui vivent cela, il y a toujours une solution 🙏 ne perdez pas espoir.

    Répondre
  12. Bonjour. J’ai 32 ans. Et 3 enfants. Je souffre de mycoses a répétition depuis 10 ans. Je porte un stérilet au cuivre, mais pendant les grossesses j’étais tout autant accablée. C’est juste horrible, indescriptible. D’une douleur tellement intime. En effet, il est plus facile de dire ” je crève de mal au dos” que “je crève de mal à la ch****” . J’ai testé aussi les régimes sans sucres, les probiotiques, tout ce qui est lié à l’hygiène, tee tree. Et puis, depuis 2 ans j’ai compris que l’apparition des mycoses était lié à la gestion de mes émotions. J’ai déjà pas mal changé ma vie (professionel, relationnel) je consulte une psychologue depuis 3 ans. Et depuis quelques mois, je consulte en hypnose consciente, c’est pas mal, mais j’ai toujours des mycoses, ça ne s’arrête jamais, disons qu’il y a des moments de crises et des moments de repos. Lors de la dernière consultation chez le gynécologue, il m’a fait entrevoir que c’était lié à une insatisfaction sexuelle, effectivement mon mari est ejaculateur précoce. Néanmoins j’arrive à jouir d’une autre manière…😉
    Il y a certainement des petites choses à mettre en place hygiène alimentation mais je pense que c’est en grande partie notre immunité globale qui est affaiblie suite à notre état psychologique… bonne chance à toutes

    Répondre
  13. Bonjour,
    Merci pour toutes ces infos sur les mycoses, c’est compliquer a trouver des aides sans se perdre.
    Pour ma part je fais de la récidive environ 10 à 15 fois par an depuis plus de 8 ans et je en ai que 25 🙂 j’ai pris le temps d’essayer pas mal de chose comme la naturo, le changement alimentaire (dur dur de ne pas craquer en plein spm sur juste un petit gâteaux ou yaourt dans toute ta vie), le changement d’hygiène qui apporte beaucoup pour les mycoses mais aussi le confort et bien etre général de ton corps mais pareil il suffit d’avoir envie une fois de mettre un jean pendant deux jours pour te sentir belle et hop la mycoses reviens gentiment. Au bout d’un moment tu sais quand et pourquoi elle arrive, un coût de stress au taff ou dans ta famille, un apero pour fêter un diplôme ou autre et tic tac, ton ennemi reviens. Cela fais se sentir coupable souvent.
    Mais il faut pas se despérer et travailler au mieux avec soi même en respectant son rythme sinon ça reviens plus fort dès que tu craques. J’ai eu le droit à une petite pause cette année grâce à un début de grossesse, rien est jamais perdu ni acquis.
    Bon courage sur le chemin de l’équilibre intérieur, et bravo aux femmes qui vivent avec force et joie. ♥️

    Répondre
  14. Salut a toutes,
    Pareil que vous, j’ai 22 ans et des mycoses a répétition depuis plus d’un an (1 par mois), avant c’était vaginose ou même les deux en même temps ( depuis 4-5 ans)

    Rien n’y fait, j’etais traitée comme vous par des ovules et de la crème mais j’ai fini par changer de gynéco car elle me disait qu’il n’y avait aucune solutions (coup dur pour le moral honnêtement ), je suis maintenant suivie par une sage femme qui m’a prescrit orofluco mais je ne l’ai pris qu’un mois car ça m’a complètement détruit la flore intestinale. Je suis un peu désespérée aussi parce que j’ai un régime très sain (végétarienne, énormément de légumes, pas d’alcool, pas de tabac, sucre de manière raisonnable), bilan hormonal normal, pas de pilulle contraceptive, prise de probiotiques. Bref, la seule cause que j’ai trouvé à mes infections à répétitions sont des agressions sexuelles subies de la part de mon ex copain (suis allée chez le psy pendant 5 mois), je me demande si c’est un déclencheur probable de mon problème car il a commencé pile quand j’ai quitté cette personne. Je pose cette question car mon médecin m’a fait comprendre que ce n’était sûrement pas la cause… Merci pour votre aide et bon courage a toutes, on est pas seules

    Répondre
  15. Bonjour,
    Cette année, je vais sur mes 20 ans. En septembre dernier, j’ai eu ma première mycose mais rien d’alarmant. En 5 jours, elle s’était envolé et j’en ai plus entendu parler jusqu’à janvier de cet année quand j’ai débuté ma vie sexuelle. Premier copain, premier amour (et surement le dernier) mais la mycose a reffet surface pour perturbé le début de ma vie amoureuse. Il faut savoir que ma première mycose, je l’ai eu après 2 semaines sous pilule. Est-ce lié ? Je ne sais pas. C’était aussi la première fois que je me rasé le maillot quasi-intégralement. Est-ce la cause ? Je ne sais pas.
    Sachant que je n’ai jamais utiliser de savon parfumer, fait de douche vaginale, porté des sous-vêtements synthétiques, je ne sais pas ce qui cause ces mycoses. Car oui depuis 3 mois, j’en ai 2 par mois et c’est invivable. Je me sens tellement coupable quand je dis à mon amoureux “j’ai tellement envie de faire l’amour mais on ne peut pas”.
    C’est très dur à vivre même s’il est très compréhensif et me soutient énormément. Je viens juste de découvrir les plaisirs d’une vie sexuelle et amoureuse et tous est gaché par une simple levure. C’est vrai, je suis gourmande et adore le sucre mais je l’ai toujours été et je n’avais jamais eu de problème. De même que la piscine, j’en fais depuis 10 ans et j’ai jamais eu de soucis donc je ne pense pas que ça soit la raison.
    J’aurais tendance à accuser la pilule en plus du stress et de la fatigue que me prodigue les études. Cela serait la raison d’un désiquilibre de ma flore pourtant mon score de Nugent est dans les normes, ce qui signifie que ma flore est normale et donc devrait être abpte à se défendre. De plus, je n’ai aucun problèmes de santé, pas de prise de médicaments et mon système immunitaire a toujours était assez costaud.
    Cette prolifération de levure n’a rien de dangereux pour la santé, j’essaie de relativiser avec ça mais ça me pèse énormément sur le moral. C’est dire que quand j’ai remarqué que j’avais une mycose alors que je venais de prendre un traitement orale qui devait me guérir des mycoses pour un moment (comme l’avait dit ma gynécologue), je me suis litéralement effondrer dans les bras de mon amoureux. De même qu’à chaque fois que j’en parle avec mon entourage pour trouver des solutions ensemble ou tout simplement pour me décharger d’un point l’histoire de quelques instants, j’en ai les larmes aux yeux. Et voir que des femmes doivent faire face à cela depuis une dizaines d’années me plombe le moral. Je ne me sens pas en mesure de pouvoir supporter ça.
    Ça ne fait que 3 mois mais je suis déjà à bout…
    Malgré ce texte assez peu réjouissant, j’ai encore quelques lueur d’espoir car il me reste à tenter pas mal de traitement en espérant que l’un fonctionnera pour moi.

    Répondre
  16. Bonjour,
    Cette année, je vais sur mes 20 ans. En septembre dernier, j’ai eu ma première mycose mais rien d’alarmant. En 5 jours, elle s’était envolé et je n’en ai plus entendu parler jusqu’à janvier de cette année quand j’ai débuté ma vie sexuelle. Premier copain, premier amour (et surement le dernier) mais la mycose a refait surface pour perturber le début de ma vie amoureuse. Il faut savoir que ma première mycose, je l’ai eu après 2 semaines sous pilule. Est-ce lié ? Je ne sais pas. C’était aussi la première fois que je me rasé le maillot quasi-intégralement. Est-ce la cause ? Je ne sais pas.
    Sachant que je n’ai jamais utilisé de savon parfumé, fait de douche vaginale, porté des sous-vêtements synthétiques, je ne sais pas ce qui cause ces mycoses. Car oui depuis 3 mois, j’en ai 2 par mois et c’est invivable. Je me sens tellement coupable quand je dis à mon amoureux “j’ai tellement envie de faire l’amour mais on ne peut pas, j’ai trop mal…”.
    C’est très dur à vivre pour moi même s’il est très compréhensif et me soutient énormément. Je viens juste de découvrir les plaisirs d’une vie sexuelle et amoureuse et tout est gaché par une simple levure.
    C’est vrai, je suis gourmande et adore le sucre mais je l’ai toujours été et je n’avais jamais eu de problèmes. De même que la piscine, j’en fais depuis 10 ans et je n’ai jamais eu de soucis donc je ne pense pas que ça soit la raison.
    J’aurais tendance à accuser la pilule en plus du stress et de la fatigue que me prodigue les études. Cela serait la raison d’un désiquilibre de ma flore pourtant mon score de Nugent est dans les normes, ce qui signifie que ma flore est normale et donc devrait être abte à se défendre. De plus, je n’ai aucuns problèmes de santé, pas de prise de médicaments et mon système immunitaire a toujours été assez costaud.
    Cette prolifération de levure n’a rien de dangereux pour la santé, j’essaie de relativiser avec ça mais ça me pèse énormément sur le moral. C’est dire que quand j’ai remarqué que j’avais une mycose alors que je venais de prendre un traitement orale qui devait me guérir des mycoses pour un moment (comme l’avait dit ma gynécologue), je me suis litéralement effondré dans les bras de mon amoureux. De même qu’à chaque fois que j’en parle avec mon entourage pour trouver des solutions ensemble ou tout simplement pour me décharger d’un poids pendant quelques instants, j’en ai les larmes aux yeux. Et voir que des femmes doivent faire face à cela depuis une dizaines d’années me plombe le moral. Je ne me sens pas en mesure de pouvoir supporter ça tant d’années.
    Ça ne fait que 3 mois mais je suis déjà à bout…
    Malgré ce texte assez peu réjouissant, j’ai encore quelques lueurs d’espoir car il me reste à tenter pas mal de traitements en espérant que l’un fonctionnera pour moi.

    Répondre
  17. Bonjour, je viens de lire toutes vos expériences et ça me ‘rassure’ presque de savoir que je ne suis pas la seule dans le cas…
    Mycoses à répétition depuis 2 ans (depuis que je suis avec mon nouveau compagnon) et même lorsqu’on suit un traitement tous les 2, cela revient.. (fluconazole puis itraconazole en traitement continu depuis plusieurs mois)
    il y a des périodes pires que d’autres et ça me pèse énormément sur le moral.. niveau relation ce n’est pas évident.. nous essayons d’avoir un bébé et cela perturbe tout dans nos rapports.. j’en viens à avoir peur de faire l’amour et que tout recommence.. j’ai vu 2 gyneco + mon médecin traitant et pour eux il n’y a rien à faire, ‘certaines personnes sont plus fragiles’ qu’ils disent.. il doit pourtant y avoir une cause!! Je n’avais jamais eu ça avant et j’ai 30 ans
    Courage à toutes en tout cas.. j’espère qu’on trouvera la solution!

    Répondre
  18. Bonjour a tous je m’appelle Ella et j’ai 24ans.

    J’ai lu tous les commentaires et je vois que je ne suis pas là seule avoir une mycose depuis 2018😒 8 mois après avoir accouché de mon 2ème enfant. j’ai suivi plusieurs traitements ovules crème comprimé pour les mycoses rien. Après avoir terminé mon traitement yooupie je suis très contente de m’avoir débarrassé. quelques semaines plus tard hop de nouveau mycoses 😭 je cours chez la genyco encore le même traitement. Pendant c’est années je faisais que tourner en rond mycose médicaments mycose médicaments. Donc début de l’année 2022 je suis allé de nouveau chez ma genyco encore mycose😁là elle m’a donné un traitement pour 1 an 😟 donc 6 premières semaines crème 1 ovule semaine et 1 comprimé semaine. jusqu’à la tous se passe à merveille une fois fini les 6 semaines je devais continuer le traitement 1x ovule semaine 1xcomprimé par mois. Mes ceux-là n’a pas empêché le village de mycose de se réinstaller de nouveau chez moi il y a un peut près 1 semaine😨. Démangeaisons de la vulve brûlure je n’arrête pas de me gratter. Le pire c’était quand je devais sortir avec cette chaleur. Donc j’annonce à mon mari que j’ai de nouveau une mycose😭. Mon mari n’était pas bien il me dit de ne plus me tourner vers les médicaments car c’est du chimique et pas bon pour la santé. A la place fait attention à ton alimentation fait du sport prends du temps pour toi surtout que c’est pas facile avec 3 enfants de bas âge. Puis il me dit manger de l’oignon ou de l’ail car c’est bon pour la santé et sa nettoie le corps en boostant le système immunitaire. Pour une fois j’ai décidé de l’écouter( oui sa fait plusieurs années qu’il me disais de manger de l’ail et de l’oignon je lui disais que j’aimais pas le goût😅) donc cela fait 2 jours que j’ai commencé à manger 2 gousses d’ail par jours. Alors là le choc après 2 jours je ne me gratte plus, la vulve a même cicatrisé, les pertes ont diminuées en plus j’avais du mal a cicatrisé pour certaines plaies donc là cicatrisé les petit boutons apparus il y quelques jours partir😁🥹. Donc je vais continuer de manger de l’ail tous les jours car l’ail il est très bon pour la santé. J’espère que mon commentaire de quelques lignes pourra être effacé à vous aussi. Et que vous aussi vous pouvez être guérir naturellement en vous souhaitant que cette **** puisse partir définitivement.

    Répondre
  19. Bonjour,

    J’ai 22 ans et je souffre également de plusieurs mycoses par mois et ce depuis que j’ai 16 ans ! Je crois bien que c’est un problème de l’ordre de la flore vaginale plus qu’autre chose puisque personnellement je n’ai jamais eu de relations sexuelles : c’est vraiment horrible, j’ai depensé une tonne dans des médicaments pour traiter cette fameuse mycose (sur plusieurs mois, traiter ça à base d’ovule ça revient à cher !!!) et des analyses qui ne montraient aucun problème à mon plus grand regret (je préfère identifier un problème plutôt qu’être dans l’ignorance totale de ce que j’ai) !

    ça pourri vraiment la vie et je pensais vraiment être anormale ou avoir un problème avant de tomber sur cette section commentaire qui me fait me sentir moins seule… !

    je vais essayer vos conseils car marre de payer dans des medicaments qui ne font aucun effet ! :((

    Répondre
    • Bonjour à toutes

      J’ai 20 ans et suis étudiante.
      Je suis dans le même cas que vous depuis 10 mois. J’ai eu un covid long qui m’a terrassée.
      Après le vaccin contre le covid s’est rajouté à ça.
      En bref je fais des mycoses durant chacune de mes règles et elles ne sont jamais vraiment partis…j’ai tout essayé en traitement mais rien n’y fait.

      J’ai décidé d’arrêter la pilule il y a bientôt 2 semaines on verra…même si mon médecin me dit que ce n’est pas à cause de ça.

      Mais il est clair que c’est invivable. Je ne peux plus avoir de relations intimes sinon ça en déclare une nouvelle enfin bref super…

      J’ai été sous polygynax pendant les 12 derniers jours et orofluco pendant mlus de 6 mois. Mais rien n’y fait.

      Je prends des probiotiques mainetant pour voir si cela fera effet et vais ensuite mettre des ovules de progestérone et œstrogènes pour refaire la flore.

      Je pense que cela est dû au stress plus la maladie sur le long terme et la fatigue plus la pilule.

      Mais ne perdons pas espoir ! Mon médecin m’a dit qu’elle voyait beaucoup de cas comme nous et que du jour au lendemain ça partait !

      Répondre
  20. Bonjour, voilà maintenant plus de 2 ans que je souffre de mycose vaginale à raison de 1 à 2 par mois . D’un côté ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule mais d’un autre ça me déprime encore plus car j’ai bien l’impression qu’il n’y a pas vraiment de solution . J’ai tout essayé… cela fait bien longtemps que j’ai arrêté le sucre , je prend des probiotics pour flore vaginale et flore intestinale. Mais rien y fait … à part dépenser des sommes folles car faut bien l’avouer toutes ses ovules et crème et probiotic coûtent cher et j’en ai assez d’aller voir mon médecin toujours pour la même chose sans réelle amélioration. C’est en train de me bouffer physiquement et moralement 😢

    Répondre

Laisser un commentaire